Nature en ville

Nature en ville

Notre ville doit se préparer à affronter le défi climatique. Il est nécessaire de réconcilier notre urbanisme avec notre environnement. Pour affronter des pics de chaleur, pour absorber la pollution, pour permettre à chacune et à chacun de se sentir bien à Puteaux.  Nous allons permettre la transition écologique en transformant notre ville. 

Objectifs : 

Une politique écologique sacralise les communs, tout le patrimoine naturel qui rend des services inestimables. Il comprend la qualité de l’air, de l’eau, de la terre. Mais aussi le contrôle de la pollution sonore et visuelle.  

Quels indicateurs :

  • Qualité de l’air
  • Qualité de la terre, notamment sur la présence de pesticides
  • Biodiversité 
  • Nombre d’arbres dans la commune
  • Cartographie des trames vertes, bleues et noires
  • Cartographie du niveau sonore

Nature en ville

Une ville prête à faire face au changement climatique

8- Doubler le nombre d’arbres en pleine terre dans la ville afin de créer une multitude d’îlots de fraîcheur, pour climatiser naturellement notre ville et la préparer aux phénomènes climatiques à venir. Cela représente 7000 nouveaux arbres à planter pendant la mandature. 

Ce rééquilibrage végétal / minéral se fera en plusieurs phases. 

9- Sacraliser le patrimoine arboré actuel. Un recensement sera effectué afin de mettre à jour les données et qui sera plus rapidement efficient pour lutter contre les pics de canicules à venir. Planter des arbres à haute tige dans nos parcs et jardins. Cela afin d’offrir aux putéoliens des zones ombragées salvatrice pour le futur. Nous privilégierons les espèces endémiques de la région parisienne. Le temps de croissance d’un arbre varie en fonction de son espèce, mais il faut au moins 30 ans pour qu’un arbre commence à délivrer un service écologique optimal (captation de carbone, climatisation de l’air).

10- Créer de nouveaux espaces de pleine terre et de nouveaux espaces boisés dans le foncier disponible. Nous saisirons chaque opportunité, afin de doter toute la ville de rues et places arborées. La conversion d’espaces publics goudronnés en espaces de pleine terre sera effectuée au fur et à mesure. Il existe différents endroits dans la ville qui sont en attente de végétalisation. Nous transformerons le parvis fermé de la vieille église, la place du théâtre, ou encore la place des marées. 

11- Proposer des arbres fruitiers dans tous les quartiers, en laissant les citoyens en choisir les essences : pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers, noisetiers, châtaigniers, noyers, figuiers etc etc…

Contrôler la qualité de notre environnement

26- Contrôler la qualité de l’air au quotidien. Nous souhaitons installer des capteurs pour connaître en temps réel la qualité de l’air. Car nous sommes assujetti à des pics de pollutions d’une importance de plus en plus forte. Ce réseau de capteur permettra d’avoir une vision fine par quartier des mesures à prendre afin de permettre à tout le monde de bénéficier d’un cadre naturel privilégié. 

27- Adopter un arrêté anti-pesticide sur tout le territoire. Et rejoindre le collectif des villes l’ayant déjà fait. 

28- Mettre en place un observatoire de la biodiversité en ville. Nous devons répertorier l’existant pour comprendre comment accompagner la faune et la flore endémique de Puteaux.

29- Proposer des jardinières partagées dans les espaces publics ne pouvant pas accueillir de végétalisation en pleine terre comme à Boieldieu.

Renouer du lien avec la biodiversité avec un parcours de nature pour se balader

30- Pour le bien être, l’aménagement des espaces naturels est essentiel. Nous proposons de repenser toute notre ville autour d’une coulée verte qui connectera les différents espaces verts et boisés du territoire. 

  • Cette coulée verte sera mise en place progressivement au fur et à mesure de la transformation de la ville. 
  • Elle sera concertée avec tous les quartiers et propriétés concernés.
  • Elle bénéficiera tantôt de jardins, tantôt d’espaces boisées, et participera massivement au plan de déplacement actif de la ville, comme évoqué dans le volet mobilité. 
  • Le premier tronçon consiste à relier la gare de Puteaux à la passerelle en connectant le square du théâtre, la place de l’Eglise et l’ile de Puteaux. Toutes les grilles de ces espaces seront retirées. Une nouvelle zone naturelle apparaîtra dans le vieux Puteaux.  
  • Le deuxième tronçon met en valeur le sentier des chigneux qui relie le haut et le bas de Puteaux via un tunnel sous la voie ferrée. Cette coulée verte reliera le parc Offenbach avec une extension par les parcs du moulin pour arriver au rond point des Bergères. 
  • Le troisième tronçon transforme une contre allée du général de Gaulle en coulée verte vers la Défense avec un détour par la place des marées transformée, pour bifurquer et rentrer dans Boieldieu et arriver sur le parvis. Ainsi une boucle se crée car la dalle de la défense revient jusqu’au quai.

31- Au delà de cette coulée verte, nous souhaitons nous réapproprier les quais. Aujourd’hui les quais sont une autoroute qui comporte six files de voitures. C’est un mur infranchissable pour la nature. Nous souhaitons tout remettre à plat en concertation avec le département pour libérer un espace en pleine terre du Pont de Puteaux au Pont de Neuilly, comme cela existe à Suresnes. 

32- Débituminer les cours d’école pour créer des espaces naturels et des jardins pédagogiques.

33- Étudier l’ouverture des cours d’écoles le week end pour que la population puisse bénéficier de nouveaux espaces de vie au vert. 

34- Déclarer les cimetières de Puteaux zone d’ensauvagement, pour permettre à la biodiversité de trouver un lieu propice. 

Une ville pour les animaux

Redonner leur place aux animaux domestiques dans l’espace public et les parcs. 

44- Protéger  la biodiversité locale et endémique

45- Ouvrir une “Maison des animaux” combinant :

  • un refuge pour soigner et accueillir, 
  • un lieu de formation et d’éducation notamment à l’éveil des jeunes publics au respect du vivant et à l’empathie animale,
  • accès à des consultations vétérinaires gratuites pour les personnes à faibles ressources,
  • garderie lors des hospitalisations, convalescences ou vacances,

46- Restaurer des continuités écologiques (mesures dans nature en ville),

47- Créer des fermes pédagogiques dans les cours des écoles,

48- Stériliser les chats libres et accompagner des structures associatives dédiées,

49- Gérer de manière douces et écologiques des animaux « indésirables »,

50- Créer un espace canin adapté aux besoins de nos compagnons et de leurs humains (caniparcs) grâce à notre corridor écologique,