Une démocratie locale pour un citoyen au cœur des décisions

démocratie

A Puteaux nous avons besoin de changer notre modèle de démocratie locale, sortir des logiques partisanes et mettre en place une gestion municipale qui prend en compte les défis climatiques et environnementaux du XXIème siècle.  Pour cela nous proposons en premier lieu de changer complètement le mode de gouvernance. 

Objectifs : 

Notre objectif est de responsabiliser les administrés et de faire confiance à l’intelligence collective dans le processus de décision municipal. 

Quels indicateurs : 

Nous mesurerons le nombre de participants à cette approche de co-construction des décisions ainsi que le niveau de satisfaction des citoyens à fréquence régulière. 

démocratie

Transparence

61- Procéder dans les 100 premiers jours de mandat à un audit complet des postes de dépense afin de rationaliser les dépenses courantes.  

62- Mieux maîtriser les dépenses de la ville par une gestion ouverte et sérieuse afin de stopper la tendance actuelle d’endettement et de hausse des impôts locaux.

63- Ouvrir les données de la mairie dans le cadre d’une stratégie de digitalisation et d’accès à l’information afin de proposer à la population un tableau de bord de différents indicateurs de la ville Taux de vacances des bâtiments communaux. (par exemple le taux de vacances de HLM, le taux de vacances des places de parking publics, taux de retour de la mairie par rapport à des demandes écrites adressées par les putéoliens,…). Ces indicateurs sont à construire en fonction des attentes de nos administrés. 

Un citoyen acteur des décisions

64- Mettre en place le référendum citoyen pour un réelle implication des administrés en parallèle du référendum local qui existe et que nous utiliserons. Il s’agit d’un référendum provoqué par les citoyens eux mêmes, via une démarche collective réunissant 600 administrés. Ce référendum doit proposer une orientation qui correspond à la compétence de la commune. Une fois que le quote part est atteint, la mairie a 3 mois pour organiser le référendum en précisant les modalités du vote. Cette mesure dynamise la démocratie car elle incite tout citoyen à prendre part aux orientations et aux choix de la ville. 

65- Mise en place d’une plateforme informatique de démocratie participative, afin de garantir une votation électronique avec une facilité d’usage, par exemple sur son téléphone. Cette plateforme fournira une clé numérique afin de bien identifier chaque participant. Cette plateforme sera évolutive et bénéficiera d’une équipe dédiée afin de gérer les mises à jour et le support. 

66- Installer dans chaque quartier un conseil de quartiers participatifs, lieu de citoyenneté, accessible sur une large plage horaire, en tant que lieu de vie et de rencontre. S’y tiendront une assemblée citoyenne à élire selon des modalités qui seront fixés par chaque assemblée nouvelle créé. Animé initialement par des conseillers municipaux, le conseil de quartier gagnera au fur et à mesure en autonomie. Les pouvoirs du conseil de quartiers se porteront sur les questions abordées au conseil municipal. 

67- Mettre en place un budget participatif conséquent avec pour base le lancement par la mairie d’appels à projet tous les 6 mois sur un cahier des charges avec des critères environnementaux et sociaux forts. Chaque citoyen, conseil de quartier, collectif,  association, entrepreneur ou entreprise pourra soumettre son projet. L’objectif est de consacrer à la fin du mandat jusqu’à 20% du budget d’investissement à la démocratie participative.

Le pluralisme en politique et la probité des élus

68- Reconnaître réellement le pluralisme politique et l’existence de différents groupes dans la majorité. Nous portons un conseil municipal travaillant sur des majorités de projets, avec des débats et des arbitrages démocratiques. Cela permettra de challenger et de consolider chaque décision du conseil municipal. 

69- Suivre les recommandations de l’organisation ANTICOR contre la corruption et  pour l’éthique en politique : 

  • Mettre en place des mécanismes de détection des conflits d’intérêts afin d’indiquer, avant chaque séance plénière, les élus qui doivent se déporter.
  • Développer des formations déontologiques adaptées aux risques propres de chaque service municipal.
  • Interdire aux élus et aux agents publics d’accepter tout cadeau ou avantage d’une entreprise, d’une institution publique ou d’une association